L’œil sec est un processus qui touche plusieurs gens sans qu’ils le sachent. On estime que plus de 60% de la population âgée de plus de 45 ans est atteinte par ce trouble, augmentant chez les femmes et avec l’âge, 80% chez des femmes âgées de plus de 60 ans.

Son apparition répond à la réduction de la sécrétion lacrymale, découlant des changements hormonaux chez les femmes ou des changements de la qualité des larmes, de leur évaporation rapide, en général suite à des altérations dans les glandes de Meibomius qui se trouvent dans les paupières et qui produisent des lipides (graisse) qui lubrifient la surface oculaire et évitent que le film lacrymal s’évapore, ce qui est connu comme Dysfonction des Glandes de Meibomius (DGM).

On sait qu’il y a de nombreux facteurs qui entraînent la DGM, des altérations de la peau (acné rosacée), des troubles allergiques, des maladies rhumatismales, des traitements médicaux  (antidépresseurs), des changements hormonaux (ménopause), et même le stress ou un mauvais régime.

Les symptômes de l’œil sec sont la sécheresse oculaire et la sensation de « corps étranger », des troubles qui d’habitude sont perçus plus intensément le matin et qui s’aggravent dans des ambiances sèches, avec des airs conditionnées et lorsqu’il y a du vent.

Dans la plupart des cas il est difficile de faire un diagnostic correct car il faut rechercher tous les éventuels facteurs pouvant entraîner l’œil sec chez chacun des patients.

L’exploration oculaire de l’œil a beaucoup évolué ces derniers temps et en ce moment on dispose de nouvelles technologies  pour établir le stade évolutif et le degré de gravité, comme celle offerte par le Kératographe (Oculos), un appareil qui analyse la stabilité du film lacrymal, le ménisque lacrymal et notamment les glandes de Meibomius.

Notre Centre est l’un des premiers en Europe ayant incorporé de genre de technologie, avec l’analyse de l’osmolarité de la larme, des clefs pour décider le bon traitement à chaque occasion.

Dès qu’on connaît la cause et l’état évolutif de l’œil sec, on décide le traitement, qui consiste à combiner des larmes artificielles sans conservateurs, à retenir la larme lorsqu’elle est rare moyennant des bouchons lacrymaux et à améliorer la sécrétion lipidique des glandes de Meibomius en faisant le sondage des glandes. Dans des cas plus complexes il faut employer des collyres à facteurs de croissance obtenus à partir du sérum du patient (sérum autologue), des médicaments immunosuppresseurs pour lutter contre l’inflammation, tels la ciclosporine A (Restasis). Dans les cas les plus graves on fait des greffes limbiques et de membrane amniotique, avec un grand pouvoir régénératif des tissus.

Notre Centre est pionnier dans le traitement de l’œil sec, avec la première Unité de Traitement de l’Œil Sec en Espagne, fondée en 1989 ; depuis ce moment on a traité plus de 4 000 patients et on continue à offrir les méthodes les plus modernes de diagnostic et un traitement personnalisé aux patients atteints de cette maladie.

ojo seco barcelona
ojo seco barcelona
ojo seco barcelona

Esta entrada también está disponible en: Espagnol Catalan Anglais Russe